Le haut conseil de stabilité financière ou le HCSF a pris la décision dans le cadre de l’octroi du crédit immobilier à compter du 1er janvier de l’année 2022, de renforcer les conditions d’emprunt, et ce qui n’était qu’une recommandation deviendra une obligation. Voici tout ce que vous devez savoir à ce propos.

Une décision juridiquement contraignante

Le HCSF, sur fond de crédits bon marché et de prix immobiliers à la hausse, a pour rôle d’étudier les risques systématiques que peut causer la forte croissance du crédit immobilier sur le système financier français en général et sur l’endettement des ménages en particulier.

Ce que vous devez savoir, c’est que les règles régissant le crédit immobilier n’ont pas changé. Elles se sont juste renforcées, car ce qui n’était qu’une recommandation deviendra à partir de l’année prochaine une obligation pour tous les emprunteurs en fixant le taux d’endettement à 35 % et la durée maximale de crédit à 25 ans. Le taux de dérogation à cette règle sera, quant à lui, limité à 20 %.

Les primo-accédant, principaux concernés

Ces nouvelles règles prudentielles seront appliquées à partir du 1er janvier 2022.

Ce qu’il faut noter c’est que les primo-accédant demeurent les principaux acquéreurs impactés par cette nouvelle norme adoptée dans le cadre du prêt immobilier. En effet ces conditions plus contraignantes écartent un certain nombre de dossiers, notamment les jeunes ménages aux revenus modestes. Cette nouvelle contrainte n’est pas toujours compensée par des taux d’intérêt très bas.

Une autre catégorie d’emprunteurs est impactée : les investisseurs qui souhaiteraient une déduction directe d’une partie du loyer dans le calcul de l’endettement pour augmenter leur capacité d’emprunt.

Réalisez votre simulation prêt immobilier avec immmofinances.net.