Pour souscrire un crédit immobilier, la banque établit un diagnostic complet de vos finances et le calcul de votre taux d’endettement, utile pour déterminer entre autres votre capacité d’emprunt plafonné à 33 %. Comment le calculer ? 

Le taux d’endettement par définition

Comme cité plus haut, le taux d’endettement concerne votre capacité d’endettement ou votre capacité d’emprunt. Il correspond au ratio représenté par vos charges fixes par rapport à vos revenus mensuels, cela permet à votre banque de déterminer votre profil d’emprunteur, c’est-à-dire si vous êtes capable de rembourser la somme que vous souhaitez emprunter ou non. Notez que ce montant peut varier d’une banque à une autre, ainsi si une banque vous refuse un prêt, une autre peut vous l’accorder en fonction de l’appréciation de chacune.

Le plafond de taux d’endettement pour toutes les banques françaises est de 33 %. Ce qui amène à dire que vos revenus mensuels devront être 3 fois plus élevés que vos mensualités de remboursement de crédit.

Comment calculer le taux d’endettement ?

Pour calculer le taux d’endettement, c’est simple. Il suffit de suivre la formule suivante :

 Taux d’endettement = montant du/des crédit(s) et charges fixes x 100 / revenus

Les revenus, ici, correspondent aux salaires nets et aux autres revenus financiers que vous percevez mensuellement. Pour déterminer ces autres revenus financiers, il faut suivre les règles propres à chaque établissement de crédit. Les indicateurs concernent vos primes contractuelles, le 13e mois s’il y en a, vos revenus professionnels non-salariés (pour le cas des professions libérales, des agriculteurs, des commerçants et artisans), vos commissions en fonction de votre ancienneté, vos pensions alimentaires reçues, vos autres pensions, vos allocations de logement, etc.

  • Les allocations familiales sont ajoutées aux revenus si elles sont perçues pendant la durée du prêt. Cependant, elles sont considérées comme des revenus insaisissables, car sont destinées à l’éducation des enfants ;
  • Les revenus fonciers seront ajoutés aux revenus nets ou au coefficient de minoration pour compenser les éventuels non-paiements du loyer par le locataire.

Sont exclues du calcul du taux d’endettement les primes exceptionnelles ou non contractuelles qui sont considérées comme des revenus non réguliers, et les indemnités professionnelles en cas d’accident de travail, de maladie professionnelle, et autres cas d’urgence, car elles sont considérées comme occasionnelles.